Contacter Michel Caubel: mic@theatredemasquesmagique.fr
© atelier du nomanSland
Stiegler and Co suite

Un certain art contemporain

Ode à la forme et au sensible

Du Jourdain au Kongo et du Congo à Notre-Dame de Paname à Courroux sur l’île de Guyane

Note de lecture à propos de Bernard Stiegler

Ha : Ha ! Vous vous dîtes donc télépathe ?

En ligne, en rang, en joue ?

Lettre poème en prose

Les Véritables Vœux de l’affront national

Communiqués officiels de la Conférence du 421 climatique

il n’y a plus rien.....

Le pilotage d’un drone militaire : destruction virtuelle ou crime légal off-shore.

La Querelle des Modernes et des modernes

PRÉLIMINAIRES de Miguel Amoros

Effort et Destin ou L’homme propose, le Ciel dispose

Florilège de Bertrand Russell

carré blanc et boules blanches

De l’illettrisme

Florilège de Walter Benjamin

ZZZ jeu surréaliste

Communautés 68 et après !

Que l’humour est-il devenu ?

Folie ou non-folie

Poème numéro 1

Poème numéro 2

Mesdames, Messieurs les législateurs...

Poème numéro 1

Le nom du masque est Toto le hibou. Toto le hibou est une tête de bonhomme à clous et rondelles. C’est un des masques qui bouillent dans mon crâne mais c’est Monsieur tout le monde. Car les choses du monde sont à récupérer dans le caniveau comme les clous, les rondelles, les planches, les ficelles et le bonnet. C’est Toto qui bout ; c’est donc Toto le hibou pour jouer sous le masque la vie de tous les jours. Les anciens disent : "Bas les masques !" Et les modernes inventent : "Haut les masques" comme "Haut les mains, rendez-vous ; vous êtes cernés !" car le monde a gagné avec son spectacle de l’argent roi et du plaisir en toc. La marmite du casse-croûte collectif a débordé ; le feu s’est éteint et tout le monde mange mal et froid. Il ne reste que les masques : à inventer, à créer, à construire, afin de vivre et de ranimer le souffle brûlant et le regard incandescent de son masque sur la scène du Théâtre des masques magique de la vie et de l’espérance dans l’humain.