Contacter Michel Caubel: mic@theatredemasquesmagique.fr
© atelier du nomanSland
Un certain art contemporain

Ode à la forme et au sensible

Du Jourdain au Kongo et du Congo à Notre-Dame de Paname à Courroux sur l’île de Guyane

Note de lecture à propos de Bernard Stiegler

Ha : Ha ! Vous vous dîtes donc télépathe ?

En ligne, en rang, en joue ?

Lettre poème en prose

Les Véritables Vœux de l’affront national

Communiqués officiels de la Conférence du 421 climatique

il n’y a plus rien.....

Le pilotage d’un drone militaire : destruction virtuelle ou crime légal off-shore.

La Querelle des Modernes et des modernes

PRÉLIMINAIRES de Miguel Amoros

Effort et Destin ou L’homme propose, le Ciel dispose

Florilège de Bertrand Russell

carré blanc et boules blanches

De l’illettrisme

Florilège de Walter Benjamin

ZZZ jeu surréaliste

Communautés 68 et après !

Que l’humour est-il devenu ?

Folie ou non-folie

Poème numéro 1

Poème numéro 2

Mesdames, Messieurs les législateurs...

Florilège de Bertrand Russell

Juin 2014

L’économie de guerre en pratique

Publié anonymement dans Labour Leader 20 avril 1916

Monsieur, le gouvernement ayant décidé de se ranger à la pratique continentale de la conscription systématique des garçons dès l’âge de dix-huit ans, une petite réflexion lucide montre qu’il est devenu possible de simplifier énormément les moyens de réaliser tous les espoirs contenus dans la noble promesse de M. Asquith : ne pas ranger l’épée dans le fourreau tant que la domination militaire de la Prusse n’aura pas été entièrement et définitivement anéantie.

Mon projet - qui chacun en conviendra, est considérablement plus économique et plus humain que la présente manière de conduire la guerre - est le suivant : que les grandes puissances d’Europe s’accordent pour que les garçons,, sitôt atteint l’âge de dix-huit ans, soient répartis par tirage au sort en trois classe, la première incluant la moitié d’entre eux, les deux autres un quart chacune. La classe incluant une moitié sera exécutée sans douleur dans une salle d’exécution. Quant aux deux autres classes, les garçons de la première seront privés d’un bras, d’une jambe ou d’un œil, à la discrétion du chirurgien ; ceux de la seconde seront exposé jour et nuit à des bruits assourdissants jusqu’à être affligés d’une détresse nerveuse : folie, aphasie, cécité mentale ou surdité ; après quoi ils seront libérés pour former l’humanité future de leur pays.

Monsieur, au nom de la science et de l’économie, mais plus encore au nom de l’humanité, j’en appelle au gouvernement afin qu’il soumette sur-le-champ ces modalités à tous les belligérants et épargne une masse immense de souffrances évitables, causées par nos méthodes trop peu scientifiques. »

F.R.S. (Fellow of the Royal Society )

Fondée en 1660, la Royal Society est l’Académie des sciences britanniques, Dont Bertrand Russell est membre. Cette lettre ne portait pas d’autres signature ; son attribution à Russell repose sur le témoignage de Fenner Brockway, le rédacteur en chef du Labour Leader.

Herbert Asquith (1852 - 1928) dirigeant du parti libéral, est deux fois Premier ministre : de 1908 à mai 1915, d’un gouvernement entièrement libéral de mai, 1915 à décembre 1916, du premier gouvernement de coalition (libéral-conservateur). Il fréquente Garsington, le manoir Morrell, où il croise parfois Russell.

Edition Agone 2014 Le pacifisme et la révolution (Écrits politiques 1914-1918)